Sophia, Noah et Mohamed rencontrent Marine et Fiona d'Amnesty International


Trois élèves de l'école Communale Les Marronniers, de Seneffe, ont interviewé deux animatrices d'Amnesty International sur les droits humains, dans le cadre du Science Expo. Ils nous font découvrir la campagne « Quand c'est non, c'est non ! ». Suivons ces trois journalistes en herbe !


Mohamed : Comment vous appelez-vous ?

Moi, je m’appelle Marine. Et moi, Fiona.



Noah : Est-ce qu’il y a un titre pour ce stand ?

Non, c’est le stand de notre organisation, c’est Amnesty International. Mais on a une campagne qui s’appelle «  Quand c’est non, c’est non ! », cela veut dire «  Moi, si je ne veux pas subir de violences ou si j’ai décidé de ne pas avoir de relations avec quelqu’un d’autre, il faut qu’on respecte ma décision ! ».

 

Sophia : c’est quoi les Droits de l’Homme ?

Marine : Nous on parle des Droits humains, parce qu’il y a les droits des femmes, les droits des hommes, les droits des enfants…Ce sont les droits qui appartiennent à toutes les personnes, dès leur naissance, quels que soient leurs origines, leur âge, leur sexe, leur nationalité, leur religion, etc. Ce sont des droits qui nous appartiennent à tous, qui t’appartiennent à toi, dès que tu nais. Le droit à la vie, le droit d’aller à l’école, le droit de ne pas subir de mauvais traitements, le droit d’avoir un travail, un logement, de s’exprimer. Tous ces droits sont dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Tu en as déjà entendu parler ? Oui ?

 

Noah : A quoi sert votre stand ?

Marine : On travaille pour Amnesty International, c’est une organisation qui défend les droits humains. Aujourd’hui, on est là pour vous parler des droits sexuels et reproductifs, des droits des femmes, car ça fait partie des droits humains. Qu’est-ce que c’est que les droits sexuels et reproductifs ? Vous en avez déjà entendu parler ?

 

Mohamed, Sophia, Noah : Non !

Marine : C’est le droit de faire ce qu’on veut avec son corps à soi. C’est aussi le droit de dire « Moi je veux me marier ou je ne veux pas me marier, c’est moi qui décide, on ne va pas m’obliger ». On est ici pour en parler aux enfants et aux jeunes qui veulent nous poser des questions. On a des petits jeux pour montrer tout ce qu’on a fait sur ce sujet-là.



Ça fait bizarre d’être journaliste ! On a posé des questions, c’était cool ! On a retenu que c’est un stand sur les droits humains !