Créations artistiques

Rédigé le 14/06/2019
Elèves ACE


par Laetitia Deletroz (4e D)

Ce masque possède de multiples facettes évoquant la dépersonnalisation, l'uniformité de la masse, la honte, l'aveuglement. Aujourd'hui, même à 9816 km de Kigali, je porte le masque.

Je commencerais d'abord par affubler cette chose d'un mot: lâcheté. Celle que je reproduis au moment où j'écris car, avec ce masque, j'ai décidé de ne voir que ce que je veux voir.



Je vois le Rwanda, mais ne suis même pas capable de regarder les réalités de Bruxelles en face. Je vois le 7 avril 1994, mais je n'arrive pas à voir le 26 mai 2019. Je ne vois pas ce qu'il se passe à Zeebrugge, dans les centres fermés, ni à l'Office des Etrangers.



Ainsi le temps passe et, de même qu'en 94, mes parents pleuraient les morts de la Shoah, jurant qu'une calomnie pareille, plus jamais l'histoire n'en connaîtrait, aujourd'hui, je pleure ceux qu'hier on ignorait, ignorant à mon tour ceux que demain mes enfants pleureront.

Mes larmes si sincères soient-elles ne rachèteront pas le déni d'hier.



Cette tragédie absurde, je le reproduis et, comme un acteur consciencieux, je ne change aucune phrase du texte donné.

Et après avoir récité ma réplique finale, il sera temps de tirer ma révérence.



par Charles Ackermans (5e A)

J'ai représenté une machette car c'était l'arme principale ayant servi au génocide. Outil utilisé dans la vie de tous les jours et donc possédé par une grande partie de la population, elle fut prise en premier pour attaquer son voisin. Cet objet des plus banals en Afrique Centrale est devenu le symbole d'un conflit ayant meurtri le Rwanda et le monde entier.




Pour faire ressortir ce côté commun, anonyme et répandu du crime, j'ai découpé des lettres dans le journal à la façon d'un criminel faisant une demande de rançon. J'ai écrit les mots me venant à l'esprit et les ai ensuite placé avec un sens et une disposition que chaque personne peut essayer d'interpréter.

 




J'ai utilisé de longues vis pour donner une troisième dimension à l'oeuvre et montrer que les racines de ce conflit sont plus profondes que ce qu'on pourrait croire. J'ai décidé de ne pas utiliser de couleur rougeâtre (pour le sang) afin d'éviter d'être maladroit et de manquer de respect aux personnes mortes au cours du génocide.



par Solena Leonard (4e D)

Je me suis basée sur le témoignage d'une mère qui racontait avoir vu un enfant se faire battre contre un tronc d'arbre et, quand j'ai vu cette branche, je savais que je devais créer la scène.



J'ai surtout travaillé le sang et la peur qui, je trouve, résument bien ce qui s'est passé au Rwanda.




A l'aide de peinture, de tissus et de divers autres matériaux, j'ai créé mon oeuvre: LA PEUR




par Amalia Fontaine (5e A)

J'ai voulu représenter le processus de transformation d'un génocidaire car tous ces "monstres" sont des humains comme vous et moi.

Le petit cerveau est celui d'un homme avant son tout premier moment dans la vie. Il est vide et neutre car n'a encore rien vécu. Des arbres autour du cerveau représentent un environnement sain et pur.



La terre qui se transforme en terre cuite représente l'industrialisation de l'Afrique, les traces laissées par l'esclavage et par le rôle des colons. Des clous et verres cassés représentent un environnement malveillant, des événements graves d'une vie qui ont pu laisser des traces indélébiles dans l'esprit d'un homme.



Des mots éparpillés représentent la manipulation de la radio des Mille Collines.

La cassette dépliée représente l'histoire de l'esprit reliant le jeune esprit et le vieil esprit.



Le grand cerveau représente un esprit vieilli rempli de mauvais souvenirs marqués de manière indélébile.




par Clara Blumenfrucht (4e C) et Lou Bouquelle (4e D)

La boite, THE GOLDEN BOX, représente l'image extérieure dorée qu'essayent de renvoyer tous les pays. Celle du Rwanda a été taguée, éventrée, en même temps que sa culture, par le génocide.



A l'intérieur des profondes plaies ensanglantées, nous apercevons un mécanisme précis, autrefois fonctionnel, mais désormais éclaté, rendu inutilisable, à l'image de la justice et du fonctionnement d'un pays ayant connu un génocide.



De nombreuses pièces sont tordues, éclatées, mais si quelqu'un y porte assez attention, peut-être pourra-t-il être réparé?




par Emma Raherijaona (5e B)






par Laura Candela Salazar (5e A)

DIFFERENT SIDES est une installation inspirée par quelques citations... "We were the ones with the influence. There will always be divisions between us. Humanity first. Evrything else comes after."

Cette oeuvre est une représentation du monde et du Rwanda dans ce monde.




J'ai peint le monde sur une assiette que j'ai ensuite jettée contre un mur et en ai récolté les morceaux brisés pour les placer sur mon oeuvre.

A l'intérieur de ce grand cadre qu'est le monde, il y a également des morceaux d'articles du New York Times relatant différents événements dans le monde.



Au centre de ce grand cadre se trouve un plus petit cadre qui représente le Rwanda et est marqué par une déchirure, le génocide. Un morceau de journal cache celle-ci, symbolisant le fait que, durant le génocide, le monde a essayé de nier, de "couvrir" ce génocide et ce qu'il se passait.



Les deux cintres en-dessous représentent deux personnes, l'une ayant vécu le génocide et l'autre pas. La seconde est affublée du même tissu, mais déchiré en plusieurs parties. Il a dû être recollé, rattaché aux autres bouts de tissus tous déchirés avant d'être placé sur le cintre.



par Leila Ben Farres et Lola Rodriguez (5e B)

Un pays inspirant l'avenir dirigé par ce qu'il y a de pire. Ils promettent un grand futur selon eux. Ils terrorisent et se prennent pour Dieu.



Dans un autre monde règne une tension causée par ceux qui se croient plus haut. Ils déchirent les nations prétendant les rendre plus beaux.



Les ressources, ils les prennent sans crainte et sans peine. Le coeur légé, ils rentrent chez eux en ne laissant pour les pauvres malheureux que haine et tristesse.



par Lia Malou Lejeune et Rachel Delvenne (5e A)

Le génocide, une bête immonde...






par Lilou Haeseleer (4e D)

Evocation métaphorique du message de détresse des victimes, j'ai choisi de représenter trois événements phares du génocide dans des petites bouteilles en verre comme symbole de "bouteilles lancées à la mer".



Le première est composée d'un empilement de cadavres de Tutsi et Hutu modérés.



La seconde évoque l'élément déclancheur du génocide, l'assassinat du président Habyarimana abattu en plein vol à bord du Falcon 50 le 6 avril 1994 à Kigali.



La troisième représente la mort des 10 casques bleus belges envoyés par l'ONU.




par Lola Krassnikoff et Clara Sounard (4e C)

Nous avons voulu représenter différentes faces du génocide.



1er espace: le génocide cru, des gens assassinés, l'observateur peut croire voir à travers les yeux d'un assassin



2e espace: la manipulation, notamment celle de la radio des Mille Collines qui lançait des appels au meurtre.



3e espace: les jugements gacaca, les tribunaux.

4e espace: un filtre sombre représentant la complexité du génocide et le rôle flou joué par les pays extérieurs au Rwanda, l'Union européenne, la France, les casques bleus...




par Louise De Jong (5e B)








par Marsia Auber-Kraft (4e C)